Soins dentaires: parent pauvre

L’entente entre l’Association des chirurgiens dentistes du Québec (ACDQ) et le gouvernement concernant leur participation au régime public de soins dentaires pour les enfants et les prestataires d’aide sociale est échue depuis plus de trois ans.  On peut toutefois douter de la pertinence du moyen de pression qu’ils ont choisi, soit de se retirer en bloc du régime public. Jeudi, 2000 formulaires de retrait ont été envoyés à la Régie d’assurance maladie du Québec (RAMQ), qui administre le régime.     Athenadental est une Société de distribution de produits dentaires en possession de plus de 5000 produits de grandes marques telles que NSK, JINME, TOSI, COXO etc. Ainsi que de diverses catégories :  turbine dentaire et contre-angle dentaire. Tous les jours l’équipe d’Athenadental.fr  s’efforce à dénicher de nouveaux produits dentaires pour répondre à vos besoins.

NSK Ti-Max-X10L contre angle démultiplication 16:1 à Led bouton poussoir(tête standard)

Aux dires de l’ACDQ, ce retrait ne surviendra pas. En raison du délai de 30 jours nécessaire pour qu’il soit en vigueur, personne ne devrait être privé des soins dentaires auquel il a droit si les parties se retrouvent, pendant ces 30 jours, à la table des négociations, soutient-elle. Or, lors de la négociation qui a conduit à la dernière entente, signée en 2012, la couverture fut suspendue pendant une semaine.    Qu’est-ce que le moteur à air ?

 

Cette menace n’aide en rien la cause des dentistes, puisqu’elle permet au ministre de se poser en défenseur de la veuve et de l’orphelin. Plutôt que d’attendre la fin du délai, Gaétan Barrette a pris le taureau par les cornes en imposant un arrêté ministériel, comme le lui permet la loi, afin d’empêcher le retrait des dentistes du régime public.

 

À notre avis, il est normal qu’un écart subsiste, puisque le régime public permet aux dentistes de compter sur un bassin de clients qu’ils ne verraient tout simplement pas, des clients qui n’ont pas les moyens de payer pour leurs services, alors que le coût des immobilisations assumé par les dentistes resterait sensiblement le même. Quant à savoir quel doit être cet écart, c’est par la négociation qu’on doit le déterminer.

 

Par ailleurs, ce que le présent bras de fer met en lumière, c’est l’insuffisance de la couverture fournie par le régime public. À cet égard, tant l’ACDQ que l’Ordre des dentistes du Québec (ODQ) y sont allés de leurs suggestions. Il faut rappeler qu’auparavant, le régime s’étendait aux enfants de 10 à 15 ans. En 1992, le gouvernement libéral avait aboli la couverture dont ils bénéficiaient afin de réaliser une minable économie de 48 millions.

 

 

Les dentistes pas assez clairs sur leurs tarifs

 

Hinterlasse eine Antwort

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht.

Du kannst folgende HTML-Tags benutzen: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>