Les soins dentaires trop onéreux pour un Québécois sur quatre

Au Québec, plus d’un adulte sur quatre se prive de soins dentaires en raison de leurs coûts élevés, qui ces dernières années ont augmenté nettement plus rapidement que l’inflation. Près de 60 % des Québécois de 45 ans et plus portent des prothèses dentaires et plus de 20 % ne possèdent plus aucune dent naturelle. Selon une étude menée par l’Institut de recherche et d’informations socio-économiques (IRIS), les ménages québécois ont déboursé en moyenne 529 $ en soins bucco-dentaires en 2016, ce qui représente une hausse de 19 % depuis 2010. L’outil dentiste est dispensable pour les dentistes, et la lampe scialytique dentaire et lampe de diagnostic sont le plus important.

alt

Les primes exigées par les régimes privés d’assurance dentaire ont connu quant à elles une majoration de 50 % depuis 2010. L’auteur de l’étude, Philippe Hurteau, précise qu’entre 2010 et 2016, la croissance du coût des soins dentaires a dépassé l’inflation de presque 11 points de pourcentage et celle du coût des primes d’assurance l’a surpassée de 58 points de pourcentage. Les coûts des soins dentaires ont également crû plus rapidement que ceux d’autres soins de santé dispensés par le secteur privé, tels que les soins oculaires et les médicaments. Qu’est-ce que la lampe orale LED CX249-8 ?

L’assurance maladie du Québec ne couvre que les services dentaires de base rendus aux enfants de moins de 10 ans et aux prestataires d’une aide financière de dernier recours, ainsi que les chirurgies buccales effectuées en milieu hospitalier. Seulement 5 % des personnes hébergées en CHSLD bénéficient d’une telle protection. En raison des coûts prohibitifs des primes d’assurance, seulement 39 % des Québécois de 45 ans et plus possèdent une assurance dentaire, laquelle n’est généralement accessible qu’aux employés d’une entreprise.

Comme les soins dentaires et les primes d’assurance coûtent de plus en plus cher, les adultes sont de plus en plus nombreux à se priver de soins dentaires, leur proportion est passée de 15 %, en 2013, à 27 %, en 2016. « Le fait que les soins dentaires soient inaccessibles à plus d’un adulte sur quatre est un important problème de santé publique », déclare M. Hurteau, qui se demande pourquoi la santé dentaire est exclue du régime public de soins de santé. « On a l’impression que les dents ne représentent qu’un enjeu ornemental, voire esthétique, et non un enjeu de santé, c’est pourquoi on ne garantit pas l’accès gratuit et universel aux soins dentaires comme on le fait pour les autres soins de santé », dit ce chercheur de l’IRIS qui a l’intention de mener des études visant à estimer les mesures fiscales qu’il faudrait mettre en place pour financer l’inclusion des soins dentaires dans le régime public.

La croissance des dépenses dépasse de beaucoup l’inflation au Québec

 

Hinterlasse eine Antwort

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht.

Du kannst folgende HTML-Tags benutzen: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>