Les négociations sur les tarifs dès chez le dentiste

Les syndicats de dentistes et l’Assurance maladie doivent faire de nouvelles propositions susceptibles de répondre à leurs attentes jusqu’ici insatisfaites. Faute d’accord le 1er février, le gouvernement reprendra la main. Les soins dentaires coûtent bien trop cher, c’est encore plus flagrant quand il s’agit d’orthodontie, de poses de prothèses. Selon le collectif interassociatif sur la santé CISS, lors d’une pose de prothèse, ce qui reste à la charge du patient s’élèverait au moins à 200 euros, la note peut même grimper jusqu’à 400 euros. Sans aucun doute, aller chez le dentiste pour bon nombre de personnes se révèle être un luxe.

La ministre des Affaires sociales a demandé a l’Assurance maladie de renégocier la convention avec les syndicats de dentistes à la rentrée. La preuve, à 6 ans, 10 % des enfants de cadres présentent des caries, contre trois fois plus pour les enfants d’ouvriers. Pour y remédier, la ministre de la Santé Marisol Touraine a demandé au directeur général de la Caisse nationale d’assurance-maladie d’ouvrir à la rentrée des négociations avec les syndicats de chirurgiens-dentistes.  Quand vous avez besoin de comprendre en détail,vous pouvez vérifier plus de lampe à polymériser dentaire sur www.athenadental.fr

alt

Dernière ligne droite pour la négociation tarifaire entre les syndicats de dentistes et l’Assurance maladie, qui doit jeudi faire de nouvelles propositions susceptibles de répondre à leurs attentes jusqu’ici insatisfaites. En effet, un récent sondage révélait que, faute d’argent, 38% des Français renonceraient aux soins bucco-dentaires un an après l’émission d’un devis par leur chirurgien-dentiste.

Le problème? En contrepartie d’une meilleure prise en charge de certains soins courants (caries, reconstitution de dent…), l’Assurance maladie et son directeur général, Nicolas Revel, qui pilote les négociations, exigent un plafonnement du prix des prothèses, jugé trop élevé par la Cour des comptes. Mais l’issue semble claire : un arbitre désigné par les pouvoirs publics fixera le montant des plafonds de tarifs sur la pose de prothèses – des tarifs aujourd’hui non réglementés.

Autre point plus délicat des discussions : les déserts médicaux. Il s’agira de décourager l’installation des chirugiens-dentistes dans des zones déjà bien pourvues. Marisol Touraine évoque « la perspective de mettre en place un dispositif de régulation du conventionnement » pour les plus fortes têtes.

Qu’est-ce que c’est la fluoration de l’eau sur les dents?

Hinterlasse eine Antwort

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht.

Du kannst folgende HTML-Tags benutzen: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>