Alle Artikel von zhumen

Une piqûre d’anesthésie pour bloquer les dents de sagesse ?

Un geste aussi courant que l’anesthésie locale permettrait de stopper le développement des dents de sagesse. C’est l’étonnant constat que pose cette équipe de l’école de médecine dentaire de l’université Tufts (Boston). L’intérêt de ces travaux porte évidemment sur le fait que les dents de sagesse sont susceptibles de causer de sérieux désagréments. Les bourgeons de la troisième molaire commencent à se former durant l’enfance et l’éruption se produit généralement à la fin de l’adolescence ou à l’âge adulte (entre 16 et 25 ans). Les cas d’inclusion sont fréquents et peuvent donner lieu à de sévères complications. L’outil dentiste est dispensable pour les dentistes, et la lampe scialytique dentaire et lampe de diagnostic sont le plus important.

alt

Les chercheurs américains ont examiné les dossiers de jeunes patients traités dans une clinique dentaire pédiatrique entre les âges de 2 et 6 ans. Une partie d’entre eux avaient été soumis à une anesthésie locale de la mâchoire inférieure, et les autres non. Tous ont subi une radiographie dentaire trois ans plus tard ou davantage. La comparaison entre les clichés montre que 2% des enfants qui n’avaient pas eu d’anesthésie ne présentaient pas de bourgeon de dents de sagesse, alors que la proportion grimpe à 8% parmi ceux qui avaient reçu cette piqûre. Eclairage au cabinet dentaire

Cette différence n’est pas le fruit du hasard, affirment les auteurs, qui ajoutent que ce geste mini-invasif pourrait constituer une procédure empêchant la croissance des dents de sagesse. Ils estiment que l’approche mérite d’être affinée. Lors d’interventions lourdes, on peut les combiner pour réduire la profondeur de la narcose (et la quantité de l’anesthésique). Lorsqu’un patient ne veut pas subir une opération en état de conscience, on peut lui administrer un léger sédatif en plus de l’anesthésie locale.

Généralement, l’injection d’un anesthésique local n’est pas plus douloureuse qu’une simple piqûre. Cependant, certains endroits sont certes plus sensibles : le palais, les mains et les pieds, par exemple. Dans 1 à 10 % des cas, elle n’agit pas ou peu. Le médecin décide alors d’augmenter la dose, de réinsérer le cathéter péridural ou de procéder à une anesthésie générale. Une anesthésie locale agit plus difficilement à un endroit enflammé, voilà pourquoi il est plus difficile d’endormir une dent quand il y a inflammation.

Les dents de sagesse sont-elles indispensables ?

Les dents de sagesse sont-elles indispensables ?

Sources fréquentes de problèmes, les dents de sagesse ont-elles un intérêt ou est-il préférable de les extraire à titre préventif ? Voici cinq choses à connaître. Les dents de sagesse sont les troisièmes molaires de l’être humain. Elles poussent habituellement entre 16 et 25 ans, et on en compte théoriquement quatre, mais elles peuvent être plus ou moins nombreuses. A l’occasion d’un congrès de l’Association dentaire française, des spécialistes ont fait le point sur ces dents souvent problématiques, et Le Figaro a synthétisé leurs commentaires. L’outil dentiste est dispensable pour les dentistes, et la lampe scialytique dentaire et lampe de diagnostic sont le plus important.

alt

• Des dents imprévisibles. Nombre, forme, position, évolution… : la manière dont poussent les dents de sagesse (parfois à l’horizontale !) et leur devenir peuvent présenter bien des – mauvaises – surprises.

• Quelle utilité ? A quoi servent les dents de sagesse chez l’homme moderne ? Pour la fonction de mastication, nos ancêtres bénéficiaient d’un avantage sélectif à avoir beaucoup de dents et à les garder. Aujourd’hui, « nourriture molle » aidant, l’absence ou l’insuffisance de dents de sagesse ne constitue pas un réel désavantage. Toutefois, si elles poussent sans problème, autant les garder, elles pourraient servir si les autres venaient à manquer. Quelles sont les caractéristiques de la lampe polymériser type D1 ?

• Un souci de place. Les dents de sagesse peuvent avoir du mal à trouver leur place. On évoque deux hypothèses, l’une n’excluant certainement pas l’autre. D’abord, il semble qu’au cours de l’évolution, la diminution de la taille de notre mâchoire a été plus importante que celle de nos dents. Ensuite, il y a l’usure dentaire : à force de mastication, nos ancêtres usaient beaucoup leurs dents définitives à l’enfance et à l’adolescence, ce qui laissait une place suffisante pour les dents de sagesse à venir. L’alimentation moderne ne sollicite pas assez ou pas autant les dents, et lorsque les troisièmes molaires se présentent, la place n’est pas toujours libre.

• Une source de problèmes. Manque de place, présentation bizarre, atteinte des dents voisines… : les dents de sagesse doivent être surveillées attentivement lorsqu’elles poussent. Et même si tout semble se dérouler normalement, il existe un risque d’inflammation de la gencive (péricoronarite), avec des conséquences qui peuvent être très sérieuses.

• Et l’extraction ? L’extraction préventive systématique n’est pas recommandée. Mais il est nécessaire de bien évaluer la situation vers l’âge de 14 – 15 ans, avant l’apparition des dents de sagesse, pour déterminer l’espace disponible, la position des germes (les « bourgeons »), et dès lors la nécessité ou non d’une extraction. Lorsque c’est possible, l’anesthésie locale doit être préférée à l’anesthésie générale, qui présente plus de risques pour le patient.

Faire accepter son appareil dentaire à votre enfant : un vrai défi

Faire accepter son appareil dentaire à votre enfant : un vrai défi

C’est le cauchemar des adolescents. C’est pourtant un passage presque obligatoire lorsque l’on est au collège : l’appareil dentaire et les fameuses bagues ! Vous ne trouverez pas un seul enfant qui l’accepte sans rouspéter ! Vous allez donc devoir faire preuve de patience et vous allez devoir être persuasif et trouver les bons mots pour lui faire accepter l’appareil dentaire ! Même si vous n’en avez jamais parlé à la maison ou avec votre enfant, il sait que l’appareil dentaire est une épée de Damoclès au-dessus de sa tête et que le couperet peut tomber à tout moment. Il voit un camarade en porter un, puis un deuxième et ainsi de suite. L’outil dentiste est dispensable pour les dentistes, et la lampe scialytique dentaire et lampe de diagnostic sont le plus important.

alt

Il ne faut pas attendre le jour J pour en parler avec votre adolescent. Lorsqu’il commence à vous dire que ses camarades de classe portent des bagues, abordez le sujet. Dîtes lui que cela peut lui arriver aussi ou pas. Soyez franc, c’est important. Dites-lui qu’effectivement, l’appareil dentaire n’est pas un accessoire de mode et que ce n’est pas la chose la plus sexy au monde et continuez en lui disant d’ouvrir les yeux, qu’il n’est pas le seul et c’est un passage presque obligatoire. Pouvez vous nous proposer une loupe binoculaire ?

Affirmez-lui aussi que même si les bagues ne sont pas un élément très esthétique, ce n’est pas non plus un accessoire qui va l’enlaidir. Il faut qu’il ait confiance en lui et que vous le rassuriez sur son apparence avec ou sans bagues ! On a tendance à dire à nos enfants ; c’est pour ton bien! Mais les adolescents qui doivent porter un appareil dentaire ne voient pas les choses de cette façon. Evitez donc ces phrases types qui risquent de l’énerver et de le braquer encore plus.

Soyez francs avec lui et parlez de tout ce qu’implique le traitement. Il doit être partie prenante de cette aventure qui dure en moyenne deux ans. Expliquez-lui qu’il faudra qu’il aille régulièrement voir l’orthodontiste, qu’il devra porter son appareil en permanence. Pour tout ce qui est douleurs ou soins, laissez faire l’orthodontiste. C’est lui qui doit lui expliquer que cela peut faire mal. Il lui expliquera aussi qu’il faut une hygiène dentaire importante pour éviter les caries qui sont une porte ouverte aux infections.

Prothèses dentaires: trois niveaux de remboursements chez le dentiste?

Prothèses dentaires: trois niveaux de remboursements chez le dentiste?

Les soins dentaires devraient être les premiers à bénéficier du “reste à charge zéro”, un remboursement intégral pour certains actes médicaux. Un remboursement intégral des prothèses dentaires, auditives et des lunettes par l’Assurance maladie: la promesse de campagne d’Emmanuel Macron devrait être tenue “d’ici 2022″. C’est en tout cas ce qu’a assuré lundi la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, en précisant que des annonces devraient être faites d’ici juin. L’outil dentiste est dispensable pour les dentistes, et la lampe scialytique dentaire et lampe de diagnostic sont le plus important.

alt

“L’objectif, c’est d’arriver à élaborer une feuille de route de mise en place du ‘reste à charge zéro’ dans ces trois filières pour le mois de juin, avec une annonce qui pourrait être faite en juin de la façon dont ça va se mettre en place”, a détaillé la ministre sur Public Sénat. “Ça ne sera pas le même calendrier pour le dentaire, l’optique et les audio-prothèses”, avait-elle précisé. Le dentaire devrait être, selon la ministre, le premier secteur à voir des négociations aboutir, la filière étant la moins complexe des trois. Y a-t-il des risques associés au blanchiment dentaire ?

La feuille de route de la mise en place de ce “reste à charge zéro” dans le secteur dentaire a été révélée dès le 16 février par Nicolas Revel, le directeur de la Caisse nationale d’assurance maladie (CNAM). Selon Le Parisien, qui a pu consulter les données de ce projet, outre son objectif de développer la prévention, avec des détartrages et la détection de caries chez les enfants notamment, la Caisse propose trois différents modes de prise en charge pour les prothèses.

Dans le second type de “panier de soin”, la baisse des prix spécialistes ne serait que de la moitié, 174 millions d’euros. Mais, en contrepartie, il existerait un “reste à charge”. Le Parisien assure qu’il serait “modéré”. Troisième mode de prise en charge: un “panier de soin” haut de gamme, avec des tarifs libre et non remboursés. En contrepartie de cette baisse des tarifs par les praticiens, indique le quotidien, la CNAM souhaite augmenter le tarif de prise en charge des soins dentaires de base.

L’organisme prévoit de mettre en place ses niveaux de remboursement selon deux critères. Elle devra dans un premier temps déterminer si la dent à remplacer ou réparer est visible: s’il s’agit d’une incisive ou d’une canine, elle sera mieux remboursée qu’une prémolaire, ou qu’une molaire. L’autre critère déterminant le taux de remboursement sera le matériau choisi pour la prothèse: la céramique étant bien plus onéreuse que métal.

Avant l’assurance dentaire pour tous

Avant l’assurance dentaire pour tous

L’assurance dentaire publique et universelle est loin cependant d’être l’unique solution pour réduire les caries, les maladies péridentaires et l’édentation. Si le Québec estime qu’il n’a pas les moyens de faire un ajout dans le panier de services couverts par la Régie de l’assurance maladie du Québec (RAMQ) parce que les coûts du système de santé exercent déjà une forte pression sur son budget, il peut agir sur d’autres fronts. L’outil dentiste est dispensable pour les dentistes, et la lampe scialytique dentaire et lampe de diagnostic sont le plus important.

alt

«L’ajout de fluor à l’eau de consommation est un premier pas élémentaire dans une démarche qui se veut crédible», plaidait en 2013 l’Ordre des dentistes du Québec. Il rappelait que «les Québécois sont les Nord-Américains les plus affectés par la carie et les maladies péridentaires, ils sont les édentés, les porteurs de dentiers.» Un dollar investi en fluoration pourrait réduire de 38 $ à 60 $ la facture de soins dentaires. Quelles sont les caractéristiques du caméra intra orale USB connexion MD740 ?

La fluoration de l’eau est un moyen efficace et économique préconisé également par l’Organisation mondiale de la santé, l’Institut national de santé publique du Québec, le Collège des médecins et largement appuyé par la communauté scientifique internationale.

Son acceptabilité sociale fait toutefois grandement défaut au Québec. Seulement 3 % de l’eau potable est ici fluorée — même si le Québec reconnaît l’importance de la fluoration de l’eau dans sa propre loi sur la santé publique- comparativement à 76 % en Ontario et 72% aux États-Unis.

Des économies et des gains dans l’accessibilité aux soins pourraient par ailleurs être réalisés si les hygiénistes dentaires jouissaient d’une plus grande autonomie et pouvaient notamment faire le tour des écoles et des CHSLD pour faire de la prévention et donner des services. Dans d’autres provinces, elles peuvent pratiquer sans être sous l’autorité d’un dentiste.

À la condition que certaines balises soient fixées, l’Ordre des dentistes appuie une plus grande autonomie des hygiénistes. L’Association des chirurgiens dentistes s’y oppose cependant. Un futur gouvernement devra mettre fin à ces tiraillements entre professionnels qui perdurent en ce domaine aussi depuis des années. Avant d’élargir la couverture publique ou de la rendre universelle, il y a lieu aussi d’examiner comment les services actuels sont utilisés.

Le blanchiment à domicile

Le blanchiment à domicile

Le dentiste prend des empreintes pour la fabrication d’une gouttière de la forme exacte de vos dents. Cette gouttière, à porter soit 1 heure 30 durant la journée soit durant toute la nuit, pendant environ 7 à 10 jours, vous sera ensuite remise avec le gel de blanchiment à la concentration appropriée selon votre cas.

Toutes les explications vous seront fournies lors de la remise des gouttières individuelles.

A domicile, les gouttières seront remplies d’un gel éclaircissant à base de peroxyde de carbamide pendant six à huit heures la nuit, suivant la concentration du produit qui varie de 7% à 15%.

Les résultats

Les limites

  • L’éclaircissement sur les dyschromies liées aux tétracyclines peut avoir des résultats décevants.
  • L’éclaircissement sur les dents avec des teintes jaunâtres donne de bien meilleurs résultats que sur les teintes grisâtres.
  • L’éclaircissement est contre indiqué chez les enfants et les jeunes adolescents, ainsi que chez les femmes enceintes.

En conclusion, les techniques d’éclaircissement dentaire sont anciennes et ont été décrites depuis plus de 140 ans mais restent en évolution constante. Elles ont fait l’objet de nombreuses publications.

Les risques

Il peut parfois survenir des sensibilités pendant le traitement, même avec le traitement ambulatoire (le moins agressif). Dans ce cas l’arrêt provisoire du traitement est conseillé, et un gel spécifique de désensibilisation est alors proposé.

Athenadental est une Société de distribution de produits dentaires en possession de plus de 5000 produits de grandes marques telles que NSK, JINME, TOSI, COXO etc. Ainsi que de diverses catégories : pièce à main, lampe à polymériser, turbine, détartreur ultrasonique et équipement de laboratoire. Tous les jours l’équipe d’Athenadental.fr s’efforce à dénicher de nouveaux produits dentaires pour répondre à vos besoins.

 

 

459667386727682979

La Caméra Intra-buccale

434584955403127486

Une caméra intra-buccale est un petit instrument de la taille d’un stylo, muni d’un capteur numérique et de Leds puissantes permettant de visualiser les dents, l’étanchéité des obturations et de transmettre les images sur un écran déporté. Le chirurgien-dentiste a donc un accès visuel optimisé à toutes les faces de toutes les dents. Pour le patient, c’est aussi un outil formidable pour appréhender ses propres problèmes bucco-dentaires et mieux comprendre les options de traitements.

459667386727682979

Athenadental est une Société de distribution de produits dentaires en possession de plus de 5000 produits de grandes marques telles que NSK, JINME, TOSI, COXO etc. Ainsi que de diverses catégories : pièce à main, lampe à polymériser, turbine, détartreur ultrasonique, caméra Intra-buccale et équipement de laboratoire. Tous les jours l’équipe d’Athenadental.fr s’efforce à dénicher de nouveaux produits dentaires pour répondre à vos besoins.

Le détartrage

Le détartrage est le processus qui consiste à retirer le tartre accroché aux couronnes et aux racines dentaires.

Avec le temps, si la plaque dentaire n’est pas suffisamment régulièrement éliminée, elle va se “calcifier” pour former le tartre. Il ne peut être éliminé par un brossage classique. Seul un détartrage professionnel peut en venir à bout.

 

Il existe 2 méthodes pour retirer le tartre:

  • la méthode ultra-sonore, à l’aide d’un détartreur. Il s’agit de la technique la plus couramment utilisée dans les cabinets dentaires aujourd’hui
  • la méthode manuelle, à l’aide de curettes. Elle vient en général en complément de la première méthode.

En complément de ces méthodes, le dentiste pourra éventuellement polir les dents à l’aide d’un aéropolisseur ou de brossettes enduites de pâte à polir. Ceci permet de rendre la surface de la dent plus lisse après un détartrage et permet aussi d’éliminer les tâches restantes (thé, tabac…).

A quelle fréquence doit-on se faire détartrer les dents ?

Classiquement, un contrôle annuel accompagné d’un détartrage est la règle. Néanmoins, il existe de nombreuses variations individuelles selon les individus. En effet, la position des dents, la qualité et la fréquence du brossage, la susceptibilité aux maladies parodontales et la salive (pH, fluidité, abondance…) influent sur la “production” de tartre. Il est donc nécessaire d’adapter la fréquence des détartrages selon les besoins de chacun. Votre chirurgien-dentiste saura vous aider à trouver avec vous la meilleure fréquence.

Est-ce douloureux ?

La plupart du temps, un détartrage n’est pas douloureux. Il peut toutefois être désagréable lorsqu’il s’agit de retirer le tartre sous-gingival et en cas de gingivite (saignement des gencives). Néanmoins, il est toujours possible d’anesthésier une zone trop sensible afin d’éviter des douleurs.

Est-ce qu’un détartrage abîme les dents ?

Le détartrage régulier et professionnel ne fait que retirer le tartre en surface des dents. Il n’use pas les dents. Il n’y a donc aucune crainte à avoir à ce sujet.

Athenadental est une Société de distribution de produits dentaires en possession de plus de 5000 produits de grandes marques telles que NSK, JINME, TOSI, COXO etc. Ainsi que de diverses catégories : pièce à main, lampe à polymériser, turbine, détartreur ultrasonique et équipement de laboratoire. Tous les jours l’équipe d’Athenadental.fr s’efforce à dénicher de nouveaux produits dentaires pour répondre à vos besoins.

Les appareils orthodontiques, nids à bactéries dans la bouche ?

De bonnes dents, un luxe ?

Les soins dentaires sont de moins en moins accessibles au Québec, montre un nouveau rapport de l’Institut de recherche et d’informations socioéconomiques (IRIS). On sait pourtant qu’une dentition en mauvais état a de multiples conséquences sur la santé, et que l’examen régulier de la bouche peut aussi permettre de déceler et de prévenir plusieurs maladies graves. Les gouvernements fédéral et provincial vont-ils finir par réagir ? En 2016, selon les statistiques compilées par l’IRIS, chaque ménage québécois a déboursé en moyenne 529 dollars pour prendre soin de sa bouche et de ses dents, soit près de 20 % de plus qu’en 2010. Quand vous souhaitez savoir beaucoup,vous pouvez chercher plus de lampe à polymériser et lampe à photopolymériser sans fil sur notre site.

alt

Sur cette somme, 469 dollars sont allés aux soins et 60 dollars aux régimes privés d’assurance dentaire. Cette dernière somme, peu élevée, s’explique par le fait que peu de personnes sont assurées : trois Québécois sur cinq âgés de plus de 45 ans n’ont pas d’assurance dentaire, tout comme 95 % des personnes hébergées en CHSLD. Le gouvernement du Québec ne couvre les soins dentaires pour les enfants que jusqu’à l’âge de 10 ans. Dans les dernières années, la facture a grimpé beaucoup plus vite que l’inflation, et la proportion de la population qui se prive de soins dentaires augmente. En 2016, selon une enquête internationale publiée dans la revue Health Affairs, 28 % des Canadiens se sont privés de soins dentaires pour des raisons de coût, contre 32 % des Américains, mais seulement 11 % des Néerlandais ou des Britanniques. Qulles sont les caractéristiques de micro moteur avec pièce à main JD6500 ?

Les ménages québécois ont consacré, en moyenne, 59 dollars de plus par an aux soins dentaires que les autres Canadiens. La dernière enquête du magazine Protégez-Vous sur les soins dentaires, réalisée en 2013, montre en outre qu’il existe une importante disparité de tarifs et de traitements proposés d’un dentiste à un autre. En 2015, un rapport de l’Académie des sciences de la santé a relevé d’énormes inégalités entre les Canadiens du point de vue de la santé buccodentaire, et a dénoncé le manque d’action des gouvernements. Le tiers des personnes pauvres et vulnérables ne consultent un dentiste qu’en cas d’urgence.

À tout âge, les problèmes dentaires mal soignés nuisent au sommeil et à la qualité de vie. Le bruxisme (le fait de grincer des dents pendant la nuit) peut être causé par des problèmes de mâchoire ou de dents, ou être un indice de stress ou d’anxiété. Il peut, à la longue, entraîner une usure prématurée des dents et des douleurs articulaires, ou les deux à la fois.

Le vin rouge serait-il efficace contre les problèmes bucco-dentaires ?

Le vin rouge serait-il efficace contre les problèmes bucco-dentaires ?

Des chercheurs espagnols ont conclu leur étude en affirmant que le vin rouge serait potentiellement un moyen de lutter contre les bactéries présentes dans la bouche. Comment cela se peut-il ? Évidemment, une telle affirmation pourrait permettre de justifier l’ouverture d’une bonne bouteille ! Cependant, il s’agit bel et bien d’une conclusion apportée par des chercheurs espagnols du Conseil national de la recherche de Madrid. Vous pouvez chercher plus d’unité dentaire portable et compresseur dentaire sur notre site.

alt

Pour ces derniers, boire du vin rouge permettrait d’améliorer la santé dentaire, comme l’explique leur étude parue dans le Journal of Agricultural and Food Chemistry le 21 février 2018. Dans le cadre de leurs recherches, les scientifiques ont identifié deux antioxydants présents dans la boisson, à savoir l’acide caféique et l’acide paracoumarique. Ces substances seraient efficaces dans la lutte contre trois bactéries : la Streptococcus mutans​ (catalyseur de caries), la Porphyromonas gingivalis (parodontites) ainsi que la Fusobacterium nucleatum (lésion des gencives). Pouvez-vous nous recommander une pièce à main dentaire droite ?

L’équipe menée par Victoria Moreno-Arribas a alors pu démontrer les bienfaits du vin rouge en mettant en opposition les deux antioxydants et les trois bactéries dans différentes configurations. Ainsi, les acides se sont révélés être très efficaces contre les problèmes bucco-dentaires cités plus haut, particulièrement lorsque ces derniers ont été combinés à une bactérie probiotique nommée Streptococcus dentisani.

Les scientifiques n’ont en revanche pas manqué de rappeler que leurs tests n’ont pas été menés sur l’être humain, mais bien sur des cellules similaires à celles de nos gencives. Ainsi, il faudra attendre le résultat de plus amples recherches tandis que la raison amenant les bactéries à disparaître face aux acides est encore méconnue. S’il a été déjà prouvé que le vin rouge a des effets positifs sur le cœur et le cerveau, il n’en reste pas moins un alcool. Ainsi, les résultats de cette étude ne devraient pas inciter à boire plus de vin rouge, surtout que si l’on reste dans le domaine dentaire, l’acidité de cette boisson peut causer des dommages sur l’émail des dents.

La première visite chez le dentiste, c’est quand ?